Notre fanion

ecusson-98x140px

 

L’origine du Club étant Schirmeck et la Vallée de la Bruche, le fanion choisi alors, a été fortement inspiré de la Principauté de Salm. La création officielle du club s’est déroulé à Niederhhaslach.  Avant de s’appeler Club de Molsheim- Vallée de la Bruche,  la 1ère dénomintion était Club de la Vallée de la Bruche

Web Schirmeck

 

LES ARMES ANCIENNES DE LA FAMILLE DE SALM

 

Le blason des Salm s’orne de deux saumons en référence au nom de la rivière Salm, laquelle traverse le fiscus que le comte Sigfried de Luxembourg disputa à l’abbaye de Stavelot et qu’il incorpora à son domaine. Ce territoire fut donné en partage à Giselbert (comtes Gisilbertus de Salmo, en 1034-1035), lequel forma la branche cadette des comtes de Salm-Luxembourg.

Signification identitaire de la famille, le blason pouvait représenter des symboles forts. on retiendra particulièrement d’après le blason ci-dessus l’apparence combative des saumons:

–  représentation significative et image de puissance qui correspond bien à l’esprit de la chevalerie.

–  les croisettes au nombre de sept est un ornement qui pourrait s’inspirer d’une source chrétienne.

– seules les armoiries des comtes de Salm en Vosges comprennent des croisettes.

Les armes des Salm représentées par plusieurs communes des départements de la Meurthe, des Vosges et du Bas-Rhin sont un écu de gueule à deux saumons adossé d’argent ou d’or, souvent accompagnés de 4 croisettes également d’argent ou d’or. Elles font partie des armes adoptées par la famille princière de Salm-Salm. Cependant, les armes choisies par la commune de La Broque, sur le territoire de laquelle a été édifié le château de Salm, se rapproche du blason actuel de la famille de Salm-Salm.

Pourquoi des saumons?

Peu connu , Saint Arnoul est né vers 582 et mort probablement en 640 ou 641. Il fut le 29e évêque de Metz.

Arnoul voit le jour à Lay-Saint-Christophe (Meurthe-et-Moselle), au diocèse de Nancy. Après une enfance studieuse, il est formé aux exercices de son rang par Gondulphe puis il se joint aux armées du roi Théodebert II, avant de devenir son conseiller. Il épouse ensuite une jeune fille de la noblesse prénommée Dode. Deux enfants naissent de cette union : Chlodulphe (ou Cloud, qui succèdera plus tard à son père comme évêque de Metz) et Ansigise (qui épousera Begga, la fille de Pépin Ier, et dont le fils, Pépin d’Héristal, sera à l’origine de la dynastie carolingienne). En 613, Arnoul est choisi pour succéder à Papole comme évêque de Metz. Consultée, son épouse donne son accord et se retire comme religieuse à Trèves. Quelques années plus tard, avoir joué un rôle politique important auprès des rois Clotaire et Dagobert, il se retire comme ermite près de l’abbaye de Remiremont, dans les Vosges (580-640) Saint-Arnoul de Metz est invoqué pour éteindre les incendies.

C’est donc un saint chrétien fêté localement le 18 juillet.

Son nom reste associé à un trésor de la cathédrale de Metz qui a miraculeusement échappé à la rapacité révolutionnaire : un anneau, en or fin massif, comportant une agate onyx sur laquelle est gravée un poisson engagé dans une nasse autour de laquelle se noient deux autres poissons.

Cette scène n’est pas sans rappeler l’historique de cet anneau et rapporté par l’écrivain Paul Diacre, qui le tenait de la bouche même de Charlemagne. Selon cet auteur : « Saint Arnoul décida un beau jour de jeter son anneau dans la Moselle. Son geste est une preuve d’humilité. En le jetant, il dit : « Je croirai que Dieu m’a pardonné mes péchés quand je retrouverai cet anneau ». De là est née cette fameuse légende qui laisse penser qu’un poisson avala l’anneau et fut servi peu de temps après à la table épiscopale. À en croire la légende, Dieu est entré indirectement en contact avec Arnoul qui fut lavé de ses péchés et fit de lui un représentant légitime de Dieu sur terre. »